Informatique et Société

Tout ce qui touche à la Société de l'Information.

Entries feed

Sunday, October 9 2016

Back to basics: lessons from the founding fathers

It is sometimes important to stop for a second what we are doing, and ask ourselves some basic questions. Why are we here? What are we doing? Why are we doing it? What do we want to achieve?

In order to find the answers that best fit us, it is useful to look back at what were the answers given by other people that we respect.

In one of my cherished fields, Computer Science, a few examples shed some light, and I would like to share a few pointers, starting from an excerpt of a speech to HP managers, given in March 8, 1960, by Dave Packard.

He said:

I think many people assume, wrongly, that a company exists simply to make money. While this is an important result of a company's existence, we have to go deeper and find the real reasons for our being. As we investigate this, we inevitably come to the conclusion that a group of people get together and exist as an institution that we call a company so they are able to accomplish something collectively which they could not accomplish separately.

Yes, the sense of accomplishment is one strong feeling, and it can be more rewarding than the feeling of owning something like a hefty bank account.

Thursday, February 25 2016

A rule of thumb for assessing electronic voting systems

Electronic voting systems are now getting used more and more, and we are expected to be happy and see this fact as a sign of modernity, devoid of any danger. Supporters of electronic voting say we should trust these devices, because they they have been approved by experts.

But it's a huge error of assessment: in the case of high stakes elections, like the political elections, a voting system is acceptable not when an expert tells you, but when you, the voter, are able to convince the experts that it is safe to use it.

I had the pleasure to meet Barbara Simons last week in California, a great lady that is wholeheartedly committed to make sure unreliable voting machines are not deployed.

She told me that this important argument was not well known in the anglo-saxon world, and encouraged me to share it widely. That's why I'm now posting this translated (and enhanced) version of my 2006 post on the subject.

Continue reading...

Thursday, June 20 2013

Arnaques par Internet: le cas des petites annonces et des faux messages Paypal

Depuis le temps que je suis en ligne, j'en ai vu de toutes les couleurs en terme d'abus et arnaques, mais la il y en a une que je ne connaissais pas encore... en voici les éléments essentiels.

Continue reading...

Monday, February 25 2013

Phishing in (less than) 140 characters...

Well, I thought I had seen everything in phishing, but this is kinda new: somebody tried to hook me up using bit.ly shortened url pointing to a fake twitter password verification page.

Continue reading...

Friday, September 21 2012

Maintenant en France, le logiciel libre dans l'administration est officiellement une bonne idee

En général, pendant le moi d'août, les gouvernements profitent de la baisse d'attention pour passer des mesures à la popularité douteuse, comme l'augmentation du prix des carburants ou de certains impôts. Une heureuse exception double à cette règle vient de se produire: après le texte de loi promulgué en Italie le 11 Août, qui stipule que le logiciel libre dans l'administration n'est plus seulement une bonne idée, mais c'est la loi, voici une circulaire du Premier Ministre datée du 19 septembre 2012 qui stipule que le Logiciel Libre dans l'administration publique est maintenant officiellement une bonne idée.

Le document attaché à la circulaire est une source précieuse de bons conseils pour le deploiement du Logiciel Libre dans l'administration publique, lecture qu'on peut recommander largement.

Si cette tendence se confirme, il faudra partir en vacance plus souvent... :-)

Sunday, June 10 2012

Open Data for transportation at Trimet : an example to follow!

While in Portland to meet many Free and Open Source leading actors, I was delighted to shake hands with Bibiana McHugh, the visionary lady that was the driving force behind the Open Data initiative at Portland's Trimet (the public transportation company of the city of Portland). She really understood what this is all about, when saying “Our transparency allows people to use our data and develop smart, innovative mobile applications to help riders—at no cost to TriMet.”

Let me try to explain why.

Continue reading...

Wednesday, March 21 2012

Mail changes...

The historic domain name jussieu.fr, corresponding to the physical place named "Place Jussieu" in Paris, served two universities, Paris Diderot and Pierre et Marie Curie.

In a few months, it will be gone. If one does not want to see too much e-mail lost, it is necessary to take preventive measures. Here is my pick.

Continue reading...

Thursday, January 27 2011

Manifesto pour une Création Artistique Libre dans un Internet Libre : donner aux artistes, favoriser la création, protéger Internet et se défaire d'Hadopi

Flattr this

Le MIDEM (Marché International du Disque et de l'Édition Musicale) vient de fermer ses portes... les producteurs continuent de crier à la crise, et demandent à l'HADOPI de faire couler du sang sur nos connexions Internet, déjà soumises à un contrôle sans précédent. Après les procès contre les collectionneurs de vidéos, la loi DADVSI avec ses DRM qui empoisonnent nos lecteurs MP3, on va maintenant nous couper le réseau si un logiciel automatique édité par des sociétés privées payées par des sociétés d'auteurs décide que notre accès Internet a servi à télécharger illégalement.

Nous savons tous quelle galère nous attend avec nos fournisseurs d'accès Internet dès qu'il y a la moindre panne (j'ai passé 2 semaines sans réseau en septembre, pour une mésentente entre Free et France Télécom, et ce n'est pas drôle).

Imaginez un instant ce que cela peut devenir si on permet a des imbéciles de fabriquer des pannes par milliers...

Comme nous savons, il suffit d'un café par mois pour donner à la création bien plus de ce qu'elle a aujourd'hui, et arrêter toutes ces idioties.

Le moment est venu de siffler la fin de la récréation: ne vous laissez plus culpabiliser par le discours ambiant qui veut vous faire porter des habits de pirates, alors que vous êtes le public sans qui les artistes ne seraient rien; lisez ce qui suit, téléchargez le Manifesto, emparez-vous de ses idées, partagez-les avec vos amis, vos députés, vos artistes préférés; parlez-en avec vos associations, vos employés, vos employeurs; demandez que la Licence Globale soit remise à l'ordre du jour, et que l'industrie culturelle arrête une fois pour toutes de s'attaquer à nos libertés de citoyens de l'ère numérique.

Manifesto pour une Creation Artistique Libre dans un Internet Libre

Support independent publishing: Buy this book on Lulu.

Si vous pensez que c'est plus efficace de véhiculer ces idées sous forme papier, faites-vous imprimer des copies à la demande en allant sur lulu.com, si vous n'arrivez pas à vous faire livrer par In Libro Veritas.

Continue reading...

Saturday, November 20 2010

Mutualisation et Logiciels Libres dans l'administration publique

J'ai eu l'occasion de participer à une table ronde ce matin au conseil général de la Seine-Saint Denis sur les enjeux de la mutualisation et des Logiciels Libres dans l'administration publique. C'était une excellente occasion pour refaire un point sur ce dossier important, et je note ici quelques idées essentielles.

Continue reading...

Thursday, June 17 2010

The role of Computer Science, and Free and Open Source Software, in Education.

Computers and software are becoming pervasive, and are having directly or indirectly a significant impact on almost all aspects of our modern life: it comes as no surprise that computer and software have an impact on education too.

When discussing computers and software in Education, It is important to make a distinction among computer and software used as tools for educating students in all disciplines, and computer and software as subject matter in a specific scientific discipline.

When we focus on this latter aspect, we face the issues related to teaching this scientific discipline, that may be called Computer Science, or Informatics.

Here, academia has an important role to play at several levels:

  • we need to educate the teachers that will teach Informatics to high-school students; in the near future, all high school students will need to know the basics of this science, as they have now become essential components of the cultural baggage of any citizen, no less then mathematics, history, physics, literature and biology
  • we need to teach all university students about how to properly use Free and Open Source Software: no matter if they are specialising in medecine, liberal arts, physics or Computer Science, they all need to learn how to report errors and feature requests effectively, how to participate to the communities that work on the roadmap of collaborative projets, how to find, or even write properly documentation
  • we need to teach IT students how to work in an environment that is becoming dominated by Free and Open Source software, helping them to understand how to design, code, organise, deploy, modify, maintain, and distribute software that is developed collaboratively

According to the level we consider, the relevant activities are use, participate, understand, modify, and design: we are now quite a few academics to firmly believe that Free and Open Source software is instrumental in each of these activities.

In the Education track of Fossa 2010, we will try to advance the debate on all these levels, by bringing together people that have first hand experience gained during early experiments in the past years, as well as people working to improve on what is currently done.

Tuesday, March 30 2010

Constitutional Court in Italy rules out anti-free-software lobbyist arguments...

While walking around in some corridors in Brussels, Paris and other capitals to explain why the state, which is different from a private company, must focus on Free Software, I had on many occasions the opportunity to cross officials encumbered by sincere fear. They explained to me that some major players in the proprietary software industry (and it was not just Microsoft!) threatened to file suite against the for breach of competition law as soon as they showed some interest in Free Software.

The lobbyists argument went more or less like this:

"If you make a tender, or worse, if you write a law or directive requiring the use of Free Software, it prevents us from participating in these tenders with our proprietary software, so you violate the right of free competition because you exclude some of the software industry from your markets. We'll sue, and you will see what you will see! "

On each occasion, I tried to explain to this particular civil servant that this argument was completely hollow: there is violation of the competition when we exclude from a procurement a potential competitor on criteria other than technical needs real, not when a provider excludes itself by refusing to provide what is asked in the tender.

For example, we might attack for violations of rules on competition the innumerable public tenders poorly written that, instead of requesting an "integrated solution for email and calendar compliant with RFC822 and following standards, and able to exchange calendars in the published ICAL format" just mentions " 300 licenses for Microsoft Outlook "; misteriously, the lobbyists who roam the corridors have really nothing to say against these flagrant violations.

On the other side, if a government opened a tender for the construction of a building complying with (public) standards of high environmental quality, it is quite natural that manufacturers not knowing or not wanting to meet these standards are excluded: this is not an infringement of competition law.

Now, a government that takes seriously its obligation to ensure the sustainability of access to public data and confidentiality of personal data of its citizens, it must ask in its bidding that the software solutions provided are based on open standards and are made with free software: it is simply demanding software with the features necessary to accomplish its public service mission. If a software vendor can not or will not provide software with these characteristics, he is free to do so, but he can not pretend that there is a violation of competition law.

But this was, of course, just the opinion of an academic against that of heavy lobbyists.

A recent development of case law in Italy, that I just learned of thanks to Assoli, should finally help our dear frightened officials to fight back. Here are the key points.

  • The Piedmont Regional Council had approved a law containing this language: "... The Region, in its choice of software, supports free software and software whose source code is verifiable by end users. » (article 6, alinéa 2) "(Article 6, paragraph 2)
  • The Presidency of the Council of Ministers objected to this, asking the Constitutional Court to cancel a number of provisions.
  • On March 23, 2010, the judgement is out, and among the rest, we note that the Court debunks the arguments by the Council of Ministers (argument which is, unmistakably, a copy of 'the argument propagated by the lobbyists).

"The concepts of free software and open source software are not concepts relating to a specific technology, brand or product, but express a legal feature ... (and) the choice (of this feature) belongs to the ... buyer of the software. It follows that ... there is no breach of competition (when giving advantage to Free Software in a regional guideline). "

I would like to thank deeply, in order, the Piedmont Region in Italy for having shown to be aware of the fundamental duties of a public administration in the era of digital technologies, the Italian Council of Ministers for having, by challenging this regional law, tested the validity of the specious arguments peddled by lobbyists of proprietary software, and the Italian Constitutional Court to have decided the issue clearly, in a language understandable even for the general public.

Now, let us forward this information to all the civil servants in our countries.

Demander du Logiciel Libre dans un appel d'offre ne viole pas le droit de la concurrence

En me baladant dans certains couloirs à Bruxelles, à Paris et dans d'autres capitales, pour expliquer pourquoi l'État, n'étant pas une entreprise comme les autres, doit privilégier les Logiciels Libres, j'ai eu à plusieurs reprises l'occasion de croiser des fonctionnaires apeurés. Ils m'expliquaient que certains grands acteurs de l'industrie du logiciel propriétaire (et ce n'était pas seulement Microsoft!) les menaçaient de recours pour violation du droit à la concurrence.

L'argumentaire des lobbyistes en question était à peu près ceci:

"Si vous faites un appel d'offre, ou pire, si vous rédigez une loi ou une directive, qui impose l'usage de Logiciels Libres, cela nous empêche de participer à ces appels d'offres avec nos logiciels propriétaires; donc, vous violez le droit à la libre concurrence parce que vous excluez une partie de l'industrie du logiciel de vos marchés. Nous allons vous attaquer en justice, et vous allez voir ce que vous allez voir!"

À chaque occasion, je me suis efforcé d'expliquer à tel ou tel fonctionnaire que cet argumentaire était totalement creux: une violation de la concurrence, c'est quand on exclut d'un marché public un concurrent potentiel sur des critères autres que ceux des besoins techniques réels, pas quand un possible fournisseur s'exclut tout seul du marché en refusant de fournir ce qu'on lui demande.

Par exemple, on pourrait bien attaquer pour violation des règles sur la concurrence les innombrables appels d'offres publics mal rédigés qui, au lieu de demander une « solution intégrée de messagerie électronique et calendrier respectant les standards RFC822 et suivants pour le courrier et la norme ICAL pour l'agenda » prescrivent la fourniture de « 300 licences Microsoft Outlook »; comme par hasard, les lobbys qui arpentent ces couloirs n'ont vraiment rien à redire contre ces violations flagrantes.

Par contre, si une administration publique ouvre un appel d'offre pour la construction d'un édifice respectant les normes (publiques) de haute qualité environnementale, il est tout à fait normal que les constructeurs ne sachant ou ne voulant pas respecter ces normes se trouvent exclus: ce n'est pas une violation du droit de la concurrence.

Or, une administration publique qui prend au sérieux son obligation de garantir la pérennité de l'accès aux données publiques et le respect de la confidentialité des données personnelles de ses administrés, elle se doit de demander, dans ses appels d'offres, que les solutions logicielles fournies soient basées sur des standards ouverts, et soient réalisées en logiciel libre; c'est comme la haute qualité environnementale: on demande des logiciels ayant les caractéristiques nécessaires pour accomplir la mission de service public. Si un éditeur de logiciel ne peut pas ou ne veut pas fournir des logiciels avec ces caractéristiques, il est libre de le faire, mais il ne peut pas crier à la violation du droit à la libre concurrence.

Mais ce n'était, bien évidemment, que l'opinion d'un simple académique, contre l'avis pondéreux de lobbyistes attitrés.

Un développement récent de la jurisprudence en Italie, que je viens d'apprendre par Assoli, devrait enfin aider nos chers fonctionnaires apeurés à retrouver des couleurs. En voici les points essentiels.

  • Le Conseil Régional du Piémont avait approuvé une loi contenant ce passage: « ... la Région, dans le choix de ses logiciels, favorise le logiciel libre et le logiciel dont le code est vérifiable par l'utilisateur final. » (article 6, alinéa 2)
  • La Présidence du Conseil des ministres s'opposait à cette norme, en demandant à la Cour Constitutionnelle d'en annuler un certain nombre de dispositions.
  • Le 23 mars 2010, le jugement est tombé, et parmi tout le reste, on remarque que la Cour débute l'argumentaire sur la concurrence exposé par le Conseil des ministres (argumentaire qui est, à s'y méprendre, une copie conforme de l'argumentaire propagé par les lobbyistes).

" Les concepts de logiciel libre et logiciel de code ouvert ne sont pas des notions relatives à une technologie déterminée, marque ou produit, mais expriment une caractéristique juridique ... (et) le choix (de cette caractéristique) ... appartient à l'utilisateur du logiciel. Il s'en suit que ... il n'y a pas de violation de la concurrence (en privilégiant du Logiciel Libre dans une directive régionale)."

Je voudrais donc remercier profondément, dans l'ordre, la Région Piémont en Italie pour avoir montré d'être consciente des devoirs fondamentaux d'une administration publique à l'ère des technologies numériques, au Conseil des ministres Italien pour avoir permis, par son recours, de tester la validité juridique des argumentaires spéciaux colportés par les lobbyistes du logiciel propriétaire, et à la Cour Constitutionnelle Italienne pour avoir tranché clairement la question, dans un langage par ailleurs compréhensible au plus grand monde.

Mainteanant, à nous de faire suivre cette information les plus largement possible auprès de nos fonctionnaires, dans nos pays.

Friday, March 19 2010

Microsoft sur la sellette en Argentine : il risque une amende de plus de 50 millions d'euros pour action anticoncurrentielle

(English version here).

Il y a environ cinq ans, j'avais fait un reportage détaillé sur comment on pouvait avoir le choix entre GNU/Linux et d'autres systèmes d'exploitation en Argentine, ce qu'on a toujours le plus grand mal à trouver chez nous, malgré les efforts remarquables faits par le groupe de travail Detaxe et Racketiciel: il était même possible, à cette époque, de comparer sur le site internet de grandes chaînes de distributions (Fravega, Garbarino, l'équivalent de Darty ou Boulanger chez nous) le prix de la même machine avec l'autre système d'exploitation ou avec une mouture Argentine de GNU/Linux, basé sur Debian, développée par une PME de là-bas, Pixart (à ne pas confondre avec le studio Pixar!).

Mais depuis un peu plus de 2 ans, j'ai pu constater qu'on n'arrive plus à trouver la moindre machine équipée de GNU/Linux dans la grande distribution: pire, on a vu des accords des plus douteux négociés sous le haut patronage du fondateur de l'entreprise qui monopolise les systèmes d'exploitation.

On peut bien se demander pourquoi: cela n'est pas sans nous rappeler la situation ici en France, ou après la mise sur le marché des Netbooks tous équipés avec GNU/Linux par SFR il y a environ deux ans, on ne trouve plus un seul netbook sans Windows (oui, là, je lâche le nom, parce que je suis particulièrement énervé: je voulais en acheter un pour usage personnel ce Noel, mais malgré mes efforts, je n'ai pas trouvé un seul modèle avec un GNU/Linux préinstallé).

Les quelques supporteurs restant des monopoles informatiques aiment dire que tout cela prouve que l'autre système d'exploitation est supérieur à GNU/Linux.

Eh bien, le hasard veut que je me trouve entre les mains en ce moment une copie du recours déposé contre Microsoft par la petite PME argentine Pixart, qui permet de comprendre ce qui s'est vraiment passé là-bas... et très probablement, ce qui se passe ici aussi.

Continue reading...

Tuesday, January 12 2010

Musique, droit d'auteur, taxes: comment on detourne la Licence Globale

Cela fait un certain temps que je ne réagit pas aux projets désastreux de mis à mal de l'Internet ou de taxation abusive qui sont portés par les tenants de l'industrie traditionnelle du disque. Ma dernière prise de position publique à ce sujet remonte à juin 2009 , mais il est bien vrai que je n'ai pas pris le temps d'écrire un deuxième volet de la lettre ouverte à Eddy Mitchell de Janvier 2006.

Continue reading...

Thursday, December 3 2009

Un article dans La Recherche sur la science du Logiciel Libre

Les collaborations avec des partenaires dispersés géographiquement ne datent pas d'aujourd'hui, notamment en science. Mais jusqu'à une époque récente, mieux valait se rencontrer physiquement pour discuter sérieusement et échanger les informations nécessaires. Avec l'évolution des technologies fondées sur l'internet, la situation a radicalement changé: on voit se développer des projets collaboratifs tels que Wikipedia ou, dans un autre genre, Linux, tous ayant en commun d'être le fruit d'une coopération entre un grand nombre de contributeurs.

Continue reading...

Friday, October 9 2009

Computer Science Unplugged est disponible en Français!

Les TIC, Technologies de l'Information et de la Communication, ont pris une telle importance dans la société d'aujourd'hui, que le simple fait de priver un de nos concitoyens d'un accès à Internet reviendrait à en faire un citoyen de deuxième classe : on en a besoin pour communiquer, travailler, échanger avec les administrations publiques et les entreprises privées, vendre, acheter, se divertir, s'informer et informer les autres.

Mais ces technologies en évolution rapide changent aussi profondément notre rapport au monde du travail, aux loisirs et à la sphère politique, au point qu'il devient aujourd'hui indispensable de fournir à tous nos concitoyens les notions fondamentales nécessaires pour se constituer un modèle mental correct de ce qu'est l'informatique.

Il ne suffit plus de savoir se servir d'une souris (ce à quoi peut suffire le Brevet Informatique et Internet) : il faut comprendre et maîtriser la véritable mutation sociétale induite par la dématérialisation de l'information, la mise en réseau des connaissances et l'augmentation massive de la puissance de calcul disponible ; cela exige des capacités de traitement et d’analyse conceptuelle de l'information qui ne se font pas sans une bonne familiarité avec ce que l'on appelle, dans certains cercles, la « pensée informatique » (Computational Thinking en anglais).

Continue reading...

Sunday, August 30 2009

Entretien sur l'Informatique dans Science et Avenir de Septembre 2009

Dans le numero de Septembre 2009 de Sciences et Avenir vient de paraitre un entretien que j'ai eu avec David Larousserie; on y parle d'Informatique, d'enseignement, de logiciels libres et de recherche. On peut lire l'essentiel de l'interview en ligne sur le site de la revue.

Thursday, August 27 2009

Informatique

Dans un supplement du Courrier International dedié au rire, j'ai trouvé cette définitione de l'informatique:

La théorie, c'est lorsqu'on sait tout mais que rien ne marche. La pratique, c'est lorsque tout marche mais que l'on ne sait pas pourquoi. L'informatique est un melange de théorie et pratique : rien ne marche et on ne sait pas pourquoi.

Friday, July 3 2009

Interview with I-CIO

I gave an interview to I-CIO on Free and Open Source Software, Open Standards and the French experience, recalling some of the basic principles that governments and businesses should follow, when it comes to their Information System. It was a refreshing occasion of stepping back, and draw some lessons after so much time and energy spent on, and for Open Source lately.

Interview pour I-CIO

J'ai donné une interview à I-CIO sur le Logiciel Libre et l'expérience Française, en rappelant quelques principes de base que les gouvernements, comme les entreprises, devraient suivre quand il s'agit de la mise en place de leur système d'information. C'était une occasion rafraîchissante de prendre un peu de recul, et tirer quelques conclusions, après toute l'énergie depensée dans les chantiers ouverts avec et autour du Logiciel Libre ces derniers temps.

- page 1 of 3